Accueil | Pôle Entomofaune | Suivi sur le long terme des cortèges d’Odonates

Suivi sur le long terme des cortèges d’Odonates

Sur l’ensemble de la zone humide et les vallées alluviales, il est dénombré 54 d’espèces d’odonates. Elles sont réparties sur les différents milieux humides rencontrés : canaux, mares, dépressions prairiales humides, ruisseaux, zones subsaumâtres, etc. On rencontre notamment des espèces avec des forts enjeux patrimoniaux, comme l’Agrion de Mercure, la Cordulie à corps fin, le Leste à grands stigmas, etc.

Pourquoi étudier les Odonates?

De par leur mode de vie aquatique, leur sensibilité à la  qualité de l’eau et à celle des habitats, les odonates ont été définis comme des bio-indicateurs pour la zone humide. Les membres du pôle ont engagé des suivis ayant comme objectifs :

  • de produire des éléments fiables de connaissance et de suivi des populations,
  • de mesurer à l’aide d’indicateurs la fonctionnalité des habitats,
  • de jouer un rôle dans la définition des programmes de protection des espèces.

2 études sont engagées sur le territoire :

Comparaison des cortèges sur 5 sites

Agrion de mercure - Coenagrion mercurial

Agrion de mercure – Coenagrion mercurial

En 1993, dans le cadre des Mesures Agri-environnementales, 5 stations avaient été inventoriées dans la partie ouest du Marais poitevin (Fouillet P., Maillard Y., 1995). En 2011, à protocole identique, les inventaires ont été reconduits.

Ces secteurs ont été choisis de par leur stabilité dans le temps. Ce sont des zones qui n’ont pas été remembrées, dont les usages, les voix d’eaux et les densités de végétation sont restées inchangées.

Ces stations couvrent de 1 à 3 ha, intégrant selon les cas divers types de fossés et canaux, des prairies et des lisières de haies ou de bosquets. Les résultats de cette étude comparative montrent une baisse de la biodiversité en 18 ans:

  • diversité spécifique générale: de 27 espèces en 1993 contre 17 en 2011
  • et de la diversité spécifique moyenne des stations: de 16  espèces en 1993 contre 5,2 en 2011.

L’abondance relative (pas de quantification exacte) semble nettement plus basse en 2011 qu’en 1993, tout comme le nombre de comportements reproductifs observés.

Suivi sur le long terme des cortèges d’Odonates à l’échelle de la zone humide

Afin d’avoir un dispositif de suivi des cortèges d’odonates à l’échelle de la zone humide, l’OPN s’est doté en 2012, d’un suivi de 30 transects comprenant les principaux habitats aquatiques. Cet inventaire, reconduit en 2015, 2018 et 2021, permet d’avoir les premières tendances d’évolution et de dresser les disparités entre les espèces en fonction des secteurs de marais.

En 2018, on constate une richesse spécifique globalement stable. Les fonds de Vallées humides sont les milieux les plus riches de par leur diversité d’habitats contrairement aux marais mouillés plus uniformes et accueillant moins d’espèces. Les marais desséchés et intermédiaires semblent dépendre fortement des pluviométries annuelles et printanières.

Entre 2012 et 2021, 52 espèces ont été observées sur les 54 espèces connues au sein du marais. En 2021, la richesse spécifique totale sur le marais est de 39 espèces, soit une diminution de la diversité spécifique par rapport aux années précédentes, qui peut être dû à la météo. 6 espèces n’ont pas été revues depuis 2015 dont l’Agrion joli en danger critique d’extinction en Poitou-Charentes et 7 depuis 2018 dont le Leste fiancé en danger d’extinction.

Logo UE