Accueil | Les mollusques

Les mollusques

Les connaissances sur les mollusques aquatiques et terrestres demeuraient lacunaires et surtout pas synthétisées. Pourtant ce groupe a été étudié au cours du XIX et XX siècles mais n’a pas fait l’objet de prospection active de la part des naturalistes. Ce groupe n’est que rarement étudié dans les diagnostics biologiques des sites protégés ou d’études d’impact.

C’est pourquoi, dans le cadre de l’OPN et de la réécriture du documents d’objectifs Natura 2000, une synthèse des connaissances a été réalisée, notamment pour cerner le statut du Vertigo de Des moulins à l’échelle du Marais poitevin, définir les espèces des milieux dulçaquicoles et établir la liste des espèces des mollusques continentaux du Marais poitevin.

Après des recherches bibliographiques (articles, rapports, INPN, etc.) et historiques, des prospections de terrain ciblées ont eu lieu entre juin et octobre 2021 sur les différents habitats aquatiques du marais : canaux, sources, fleuves et rivières, etc. Un échantillonnage standardisé des mollusques aquatiques a été effectué par le tamisage à l’eau de la végétation aquatiques, l’utilisation d’un aquascope et l’analyse des sédiments.

Des prospections spécifiques sur des habitats ciblés ont eu lieu sur Vertigo moulinsiana, par le battage de la végétation et l’échantillonnage de la litière. Les prospections ont permis de découvrir 6 nouvelles localités avec Vertigo moulinsiana. L’examen des données antérieures et les résultats de cette présente étude indiquent que Vertigo moulinsiana demeure localisée dans la partie orientale du marais et plus précisément aux abords de la Sèvre niortaise.

L’étude des mollusques dulçaquicoles a mis en exergue la présence de naïades sur des affluents (notamment Potomida littoralis, une espèce classée EN danger de disparition en France), une bythinelle sur une source en marge sud du marais. À noter la découverte pour le Marais poitevin et la Vendée, du Vertigo étroit « Vertigo angustior« . 21 espèces présentent un enjeu de conservation et/ou statut de protection sur les 145 dénombrées. 21 espèces n’ont pas été revues depuis 1903, fréquentant principalement les bois et forêts.

Au-delà de ces espèces remarquables, il a été dressé le constat d’une très faible diversité de mollusques dans les canaux avec une très grande prédominance de Physella acuta dont la densité dépend directement de la quantité d’hydrophytes. L’analyse globale des relevés issus du marais fait ressortir une proportion d’espèces introduites croissant très rapidement depuis 2000 pouvant parfois mettre en péril les espèces autochtones (cas en particulier de Sinanodonta woodiana).

Logo UE