Parc interrégional du Marais Poitevin
Accueil > Pôle Flore Habitats > Les coteaux calcaires

Les coteaux calcaires

Le Marais poitevin abrite aussi des milieux quelque peu inattendus, mais non moins remarquables : les coteaux calcaires. Ils ne représentent que quelques hectares à l’échelle du Marais poitevin mais leur rareté et la grande biodiversité qu’ils abritent en font un véritable habitat patrimonial.

Les coteaux calcaires abritent des pelouses sèches semi-naturelles composées de plantes à couvert bas, peu dense et se développant exclusivement sur des sols calcaires superficiels, en pente et exposés au sud. Leur existence est liée aux anciennes activités agricoles de débroussaillage et de pâturage qui ont conduit à une ouverture du milieu.

Ces habitats sont soumis à de fortes contraintes, avec un sol pauvre en éléments nutritifs ainsi qu’un gradient thermique important, se traduisant par des engorgements partiels en hiver et une sécheresse estivale. Une flore très spécialisée s’y développe donc, avec des espèces de type méditerranéen adaptées à des conditions de vie extrême, souvent rares et protégées.

Dans le Marais poitevin, on retrouve notamment des orchidées telles que l’Orchis grenouille, l’Aceras homme-pendu, l’Orchis singe, etc. Les coteaux calcaires représentent également un refuge pour la faune et notamment pour les Lépidoptères, avec la présence de l’Azuré du serpolet.

Les coteaux calcaires ne font pas partie d’un ensemble unique au sein du marais mais sont au contraire d’origines très diverses. Certains coteaux sont liés à l’histoire des anciennes îles calcaires du Golfe des Pictons : Chaillé-les-Marais, la Dive etc., tandis que d’autres sont implantés le long de vallées sèches ou de falaises escarpées bordant le marais : vallées d’Auzay, Longèves, Saint Hilaire des Loges... Certains sites font déjà l’objet de protections réglementaires, avec les APPB du Fief Bodin et de Chaillé-les-Marais.

Ces milieux sont malheureusement très fragiles et sont en régression en raison de l’abandon des pratiques pastorales traditionnelles. La dynamique naturelle de ces milieux ouverts est d’évoluer vers un stade forestier. En l’absence d’activité de pâturage ou de fauche, les coteaux ont tendance à s’embroussailler au détriment des espèces inféodées aux pelouses sèches.

En 2009, un travail de réactualisation des données (voire de découverte pour certains sites) a permis de remettre au goût du jour ces habitats remarquables et de proposer des mesures de gestion. Plusieurs actions sont envisageables dans le but de maintenir ces habitats fragiles : réouverture du milieu, mise en place de pâturage extensif, fauche annuelle avec exportation des produits de fauche...

PDF - 12.3 Mo
Les coteaux calcaires du Marais poitevin 2009 rapport de stage

En plus de la mise en place de ces actions de gestion, il est primordial de continuer à étudier les coteaux calcaires afin d’améliorer la connaissance de ces milieux remarquables et de suivre leur évolution.

Conseil Général des Deux-Sèvres Conseil Général de Charente-Maritime Conseil Général de Vendée Région Poitou-Charentes Région Pays de la Loire Projet Life Projet Natura 2000 Dreal Pays de Loire Diren Poitou-Charentes