Accueil | Pôle Avifaune | La Guifette noire

La Guifette noire (Chlidonias niger) est un oiseau migrateur, rare et protégé qui subit un fort déclin au niveau national. Les données anciennes connues sur sa nidification sur le marais remontent à 1907.

La Guifette noire

La Guifette, un gage de milieux très humides

En remontant d’Afrique fin mars – début avril, les Guifettes noires recherchent des marais à plans d’eau relativement peu profonds, pourvus d’une végétation aquatique dense et de groupements de plantes hélophytes basses (scirpaie, cariçaie…) au moins en bordure. Les nids sont installés sur les amas de végétation ou sur des petites émergences du terrain. L’eau est un élément gage de sécurité face aux prédateurs terrestres et sa présence est normalement synonyme d’abondance de nourriture. Elle repartira vers le mois de septembre.

Des actions concrètes pour la préservation de la Guifette noire

La Guifette noire - Chlidonias niger

La Guifette noire – Chlidonias niger

Une action de suivi et de protection des colonies est engagée depuis 1992 sur le Marais poitevin. L’intérêt patrimonial de cette espèce et son déclin, ont motivé la mise en œuvre d’une action dans le programme LIFE Nature Marais poitevin sur la période 2004 – 2008.

Tous les ans, un travail de prospection des colonies débute en avril. A partir de mai, les colonies s’installent dans les dépressions humides des prairies. Sur les principales colonies, une action de concertation est engagée avec le propriétaire ou l’usager du terrain. Des enclos de protection (contre le piétinement du bétail) peuvent être aussi posés.

Depuis 15 ans, on ne dénombre plus que 1 à 3 colonies sur le marais, soit une vingtaine de couple. Par la gestion hydraulique et les pratiques des agriculteurs (assèchement des dépressions humides), la guifette ne retrouve plus son habitat pour se reproduire. De plus, les échecs de reproduction étant nombreux, on ne dénombre que très peu de jeunes à l’envol. La survie des Guifettes noires sur le Marais poitevin n’est pas assurée.

De l’espoir pour les colonies Poitevines

Depuis 4 ans, le nombre de couples était en moyenne de 34 et avec de nombreux jeunes à l’envol (60 en 2018). L’année 2020 est plus morose avec seulement 7 couples et 6 jeunes à l’envol.

Afin d’approfondir la réflexion sur la Guifette noire en Marais poitevin, les rapports sur le Marais poitevin sont téléchargeables ci_dessous. Il est proposé la lecture de cet article : Alain Thomas et Laurent Godet, « La conservation d’une espèce patrimoniale en déclin au sein d’un agrosystème. Le cas de la Guifette noire Chlidonias niger (Linnaeus, 1758) dans le Marais poitevin », Norois [En ligne], 216 | 2010/3, mis en ligne le 01 décembre 2012.