Accueil | Pôle Avifaune | Les Ardéidés nicheurs

Les Ardéidés nicheurs

Les hérons sont des espèces emblématiques des zones humides. Sur le Marais poitevin, on dénombre, 6 espèces d’Ardéidés : le Héron cendré, le Héron bihoreau, le Héron pourpré, le Héron garde-bœuf et l’Aigrette garzette. Depuis 2007, une nouvelle espèce est nicheuse, la Grande aigrette. Depuis 2021, 1 espèce de Threskiornithidé est aussi nicheuse : la Spatule blanche.

Un suivi de longue date

Depuis 1986, des comptages sont réalisés tous les ans. Il s’agit de poursuivre le suivi démographique de ces oiseaux dans cette région naturelle en raison de leurs intérêts écologiques et de leur qualité d’indicateur de la fonctionnalité de la zone humide. À l’occasion des enquêtes nationales qui ont lieu tous les 7 ans, une synthèse est réalisée. Dans ce cadre en 2007 et 2014 et 2022, des rapports sont parus.

L’évolution des effectifs des hérons nicheurs

Depuis la fin des années 1990, on constate une augmentation jusqu’en 2007 des hérons sur le marais. Mais l’hiver froid de 2010 dont a souffert les hérons blancs, a fait baisser les effectifs. Malgré quelques, pics les effectifs restent plus bas de 2010 à 2020 avec en moyenne 2000 couples. Depuis 2020, les effectifs sont de nouveau à la hausse et ont presque atteint le même niveau qu’en 2007-2008. Depuis 1986, la population de héron nicheur en Marais poitevin est globalement stable, mais avec des fluctuations d’effectifs selon les années.

Le Héron pourpré

Le Héron pourpré – Ardea purpurea © Didier Cantin

  • Héron cendré : Depuis 1986, les effectifs du héron cendré sont plutôt stables avec des variabilités interannuelles. On compte en moyenne 850 couples.
  • Héron pourpré : Pour le héron pourpré il y a aussi de fortes variations selon les années avec un pic en 2007. On est sur une population en légère augmentation depuis 1986 avec une baisse des effectifs depuis 2007 à l’image de la tendance nationale. En 2022 on compte 285 couples contre 485 en 2007.
  • Bihoreau gris : Ses effectifs sont augmentation depuis 1986 avec 233 couples en 2022.
  • Aigrette garzette : Les effectifs de l’aigrette garzette étaient en augmentation jusqu’en 2007. Depuis on note une légère diminution avec une moyenne de 10 nids depuis 2014
  • Grande aigrette : Les premières données de grande aigrette nicheuse dans le marais poitevin datent de 2007.Depuis 2007, ses effectifs sont globalement à la hausse avec en 2022, 20 couples.
  • Héron garde-bœuf : Arrivé dans le marais en 1993, il atteint aujourd’hui des effectifs de presque 1000 couples ayant dépassé le héron cendré en nombre de nid en 2022.
  • Spatule blanche : Nicheuse récente, sa nidification a été confirmé en 2021 avec 4 nids et en 2022 on compte 15 nids.

Le Marais poitevin reste un site important dans la nidification des hérons coloniaux. Le suivi continu et une nouvelle synthèse 2022 sera bientôt disponible.

Logo UE