Accueil | Pôle Avifaune | Les Limicoles nicheurs

Les Limicoles nicheurs

Le groupe d’espèces des limicoles nicheurs est caractéristique de la zone humide, notamment des prairies humides. Huit espèces ont été suivis entre 2005 et 2006 : Avocette élégante (Recurvirostra avosetta), Barge à queue noire (Limosa limosa), Bécassine des marais (Gallinago gallinago), Chevalier gambette (Tringa totanus), Echasse blanche (Himantopus himantopus), Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus), Petit Gravelot (Charadrius dubius), Vanneau huppé (Vanellus vanellus).

Le suivi des populations

Avocettes élégantes - Recurvirostra avosetta

Avocettes élégantes – Recurvirostra avosetta

L’étude des limicoles nicheurs de 2005 / 2006, 2 612 couples ont été observés. Il se répartissent à 81% dans le site Natura 2000, 52 % sur des prairies contractualisées en MAET et 32 % dans des sites gérés à vocation environnementales (qui ne représente que 6,7 % seulement du territoire.

Cette étude permet entre autre de donner des tendances d’évolution en comparaison des études antérieures (1995-1996, etc).

Reconduite en 2015 et 2016, cette enquête limicole nicheurs a permis de recenser 2 696 couples de limicoles nicheurs. Le Marais poitevin accueille une part importante de la population française de Barge à queue noire (18,5%) et de Chevalier gambette (8,5%). Les prairies de marais accueillent 40,5% des limicoles nicheurs.

Bilan sur les outils et mesures de gestion et de protection des milieux

Le site Natura 2000 semble pertinent en accueillant 81% des limicoles nicheurs. Le dispositif MAE montre ses limites, avec un premier niveau d’engagement souscrit sur de grandes surfaces (28% des prairies engagées dans le dispositif MAE) et proportionnellement peu de limicoles nicheurs (19%). Les contrats forts avec du pâturage et le maintien d’eau dans les baisses au printemps présentent une bien meilleure efficacité. Les sites gérés à vocation environnementale accueillent 30% des limicoles nicheurs en Marais poitevin lors de cette enquête et ce sur seulement 3,5% du territoire. Une analyse détaille les évolutions pour toutes les espèces et leurs évolution depuis 2005-2006.